enculture Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Misères de la critique française
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 31, 32, 33 ... 36, 37, 38  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    enculture Index du Forum -> Masturbations
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
TLMort
dans le coma profond


Inscrit le: 04 Nov 2013
Messages: 33

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 20:06    Sujet du message: Répondre en citant

50 000 pas si mal, Mektoub my Love ( 3h certes et pas d'acteur identifié) tourne autour de 130 000.
De toute manière les distributeurs ne peuvent sortir que les films qui se font, et le cinéma ne se porte pas très bien (à ce train-là dans 3 ans il y aura bientôt plus d'étudiants en fac de cinéma que dans les salles. Faut leur dire qu'ils courent à leur perte).

Sur FDC ou ici on est tous les mêmes connards, que des mecs de 40-60 ans, pas de jeunes, plus de femmes, la Province ce sont déjà des grosses villes comme Lyon ou Lille. De toute manière y aurait-il des jeunes des femmes ou des non-urbains qu'on n'aurait plus rien à leur dire à part que tel ou tel journaliste est surestimé.
Cette homogénéité tend à transformer des oppositions politiques (du badiouisme au masculinisme, la belle affaire !) ou esthétiques apparemmrnt virulentes en sinistre comédie (pour se le masquer tout en en jouissant des BAC +9 se vannent depuis 10 ans comme Booba et Kaaris, de façon encore plus conne et inepte - on les jalouse en fait ces ex-pauvres autodidactes qui monétisent leur destin).
C'était différent il y a 15 ans (quand nous étions nous-mêmes étudiants et apeurés), sans que #metoo en soit la cause (ce serait plutôt une autre conséquences).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zahad le rouge
dans le coma profond


Inscrit le: 11 Fév 2010
Messages: 1968

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 23:53    Sujet du message: Répondre en citant

A la décharge d’Un couteau dans le cœur, les salles françaises étaient tragiquement vides en juin, tous les exploitants se lamentaient. Les beaux jours et la coupe du monde ont tout siphonné. Il fallait être les Indestructibles 2 pour ne pas être un échec commercial.
_________________
"Si je m'en sors bien, je serai peut-être vendeur aux 3 Suisses."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hello--Kitty
dans le coma profond


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 2036

MessagePosté le: Mer Sep 12, 2018 14:52    Sujet du message: Répondre en citant

TLMort a écrit:
50 000 pas si mal, Mektoub my Love ( 3h certes et pas d'acteur identifié) tourne autour de 130 000.

Mektoub qui est considéré comme un gros échec et qui lui, comme tu le notes, n'a pas en premier rôle l'actrice générationnelle qui lui permet d'avoir la couverture du Nouveau Studio trimestriel affiché sur tous les kiosques parisiens pendant plusieurs semaines.

Mais il faut être honnête, Mektoub ou Un couteau dans le cœur traînent un poids mort face au public, celui du "film de cul". A mon avis le prochain film de Cédric Anger, malgré son cast habile (Canet + Lellouche pour la visée populaire / Michel Fau + Louis-Do de Lencquesaing + Beauvois + Quentin Dolmaire pour la visée auteur / des caméos d'anciennes pornostars comme Marilyn Jess ou Alban Ceray) me semble condamné à l'échec ou au demi-succès à cause de son univers (qui est en gros le même que celui d'Un couteau dans le cœur). On va voir (sortie la semaine prochaine).

TLMort a écrit:
De toute manière les distributeurs ne peuvent sortir que les films qui se font

Non, puisqu'ils sont quelquefois co-producteurs et que 9 fois sur 10 ils participent en amont au financement du film. Ils distribuent donc les films qu'ils financent, ceux qu'ils veulent.

TLMort a écrit:
Sur FDC ou ici on est tous les mêmes connards, que des mecs de 40-60 ans, pas de jeunes, plus de femmes, la Province ce sont déjà des grosses villes comme Lyon ou Lille.

D'accord avec le début de ta phrase, un petit peu moins avec la fin : le succès de Petit paysan par exemple se bâtit en dehors des métropoles, en remplissant (mais vraiment ce qui s'appelle remplir) toutes les salles périurbaines et rurales. A voir si le phénomène peut se reproduire, évidemment.

De toute façon, si on veut faire du cinéma, il faut chérir les vieux, c'est certain.

Zahad le rouge a écrit:
A la décharge d’Un couteau dans le cœur, les salles françaises étaient tragiquement vides en juin, tous les exploitants se lamentaient.

Dans le cas d'Un couteau dans le cœur, c'est un phénomène amplement corrigé par le fait que le film sort le mercredi de la Fête du Cinéma, qui a rempli les salles encore une fois cette année, ce qui permet au film de faire un démarrage inespéré juste avant son premier week-end. Je pense que sur ce film ils font pas loin du max de ce qu'ils peuvent faire. S'ils le sortent en ce moment, à la rentrée, ils se font laminer par la concurrence et ne peuvent plus prétendre à la couverture presse qu'ils ont eue en juin.

TLMort a écrit:
C'était différent il y a 15 ans.

Hmm. Ou c'était pareil à la cour du Roi.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Baldanders
dans le coma profond


Inscrit le: 23 Déc 2010
Messages: 1000

MessagePosté le: Mer Sep 12, 2018 17:19    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
L’élégance des mots rivalise avec l’élégance des décors...


Citation:
décors somptueux et sens du cadre aussi sobre qu’élégant...


Citation:
La mise en scène est d’une élégance surprenante.


Spoiler:

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hello--Kitty
dans le coma profond


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 2036

MessagePosté le: Jeu Sep 13, 2018 9:56    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais deviné. Smile

Baldanders a écrit:
décors somptueux et sens du cadre aussi sobre qu’élégant...


= absence de mise-en-scène ?

Je le vois tout à l'heure. J'aime bien le casting. Je me demande combien d'acteurs ont refusé avant Edouard Baer.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Trollope
dans le coma profond


Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 638

MessagePosté le: Jeu Sep 13, 2018 16:53    Sujet du message: Répondre en citant

Baldanders a écrit:
Un coup marketing n'est pas censé viser un certain succès ? Sinon, quel intérêt ? L'industrie regarde les chiffres, non ?

Sinon, à noter, un sursaut de lucidité dans l'édito des Cahiers de septembre :

Stéphane Delorme a écrit:
Le suicide d’Oxana Shashko, cofondatrice des Femen, à Paris, le 23 juillet, à 31 ans, nous laisse inconsolables et démunis. (...) Elle n’a pas laissé de lettre, mais sur Instagram, son dernier post nous brave : « You are fake. » Qu’est-ce qui prouve que nous ne le sommes pas  ?


J'ai lu deux trois articles à ce sujet : histoire d'une tristesse absolue quand même.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Baldanders
dans le coma profond


Inscrit le: 23 Déc 2010
Messages: 1000

MessagePosté le: Jeu Sep 13, 2018 19:31    Sujet du message: Répondre en citant

Hello--Kitty a écrit:
J'avais deviné. Smile

Baldanders a écrit:
décors somptueux et sens du cadre aussi sobre qu’élégant...


= absence de mise-en-scène ?

Je le vois tout à l'heure. J'aime bien le casting. Je me demande combien d'acteurs ont refusé avant Edouard Baer.


Absence de beaucoup de choses, non ? (J'ai vu ta note...) Baer détruit toute possibilité d'y croire. Tu crois qu'il a été pris par défaut ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hello--Kitty
dans le coma profond


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 2036

MessagePosté le: Jeu Sep 13, 2018 20:50    Sujet du message: Répondre en citant

Baldanders a écrit:
Tu crois qu'il a été pris par défaut ?

Je ne sais pas, je le trouve trop vieux pour le rôle. Et, dans le film, trop négligé, trop débraillé. Du coup sa déchéance n'a pas l'impact attendu.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Baldanders
dans le coma profond


Inscrit le: 23 Déc 2010
Messages: 1000

MessagePosté le: Jeu Sep 13, 2018 20:53    Sujet du message: Répondre en citant

Hello--Kitty a écrit:
je le trouve trop vieux pour le rôle. Et, dans le film, trop négligé, trop débraillé. Du coup sa déchéance n'a pas l'impact attendu.


Exactement. Pas le moindre effort de composition. Où il s'avère que c'est un acteur extrêmement limité qui peut te flinguer un film.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hello--Kitty
dans le coma profond


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 2036

MessagePosté le: Ven Sep 14, 2018 10:41    Sujet du message: Répondre en citant

Baldanders a écrit:
(J'ai vu ta note...)

J'avais vu Ma fille de Naidra Ayadi juste avant (tu penses y aller?) et il y a quand même un écart entre ces deux films. Dans Mademoiselle de Joncquières il y a quand même un petit plaisir de récit et de jeu.

Baldanders a écrit:
Où il s'avère que c'est un acteur extrêmement limité qui peut te flinguer un film.

Je l'aime beaucoup mais je ne pense pas que ce soit le bon acteur pour jouer un prédateur - ce qui est quand même l'idée du film. Par ailleurs il n'est pas si drôle que ça, par exemple dans ce moment où il se rend le soir chez Cécile de France et qu'on attend d'assister à sa fausse surprise de découvrir à table Alice Isaaz et sa mère. En ce moment, à chaque fois que je me retrouve face à un acteur limité sur la comédie, je pense toujours à Romain Duris, je vois ce qu'il pourrait faire des scènes.

Bon, je suppose que Mademoiselle de Joncquières est un film un peu fauché, et que tu ne fais pas ce que tu veux.

Pour revenir au sujet du topic:

Critikat a écrit:
Dans le décor luxueux et bucolique d’un château à la campagne, les costumes de soie sauvage et de dentelles délicates deviennent autant de radieux écrins dissimulant les vraies émotions.

Quelle bande de ringards, à Critikat. Une forêt, un château dans la Sarthe et hop ça devient un décor luxueux. Alors que ce qui frappe dans le film, c'est quand même la pauvreté des décors. Non ? Deux tableaux, un lit, trois vases autour desquels les personnages tournent tout le temps (je n'ai jamais vu de film où les personnages font autant de bouquets)… Le bordel c'est quoi ? L'arrière d'un corps de ferme où on a vaguement accroché deux rideaux rouges. Il n'y a justement aucun décor.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Baldanders
dans le coma profond


Inscrit le: 23 Déc 2010
Messages: 1000

MessagePosté le: Ven Sep 14, 2018 13:41    Sujet du message: Répondre en citant

Hello--Kitty a écrit:
J'avais vu Ma fille de Naidra Ayadi juste avant (tu penses y aller?)


Non merci.

Hello--Kitty a écrit:
Bon, je suppose que Mademoiselle de Joncquières est un film un peu fauché, et que tu ne fais pas ce que tu veux.


Mouret s'est tiré une balle dans le pied avec ce casting. Plus que serré par son budget, je le sens débordé : par son sujet, par le contexte (costumes, châteaux et compagnie), par ces acteurs impossibles dans ces rôles. Mouret n'a rien d'un cinéaste de la violence et du tragique, il peut être bon dans le doux-amer, les courants sentimentaux secrets, mais il est incapable de huiler une mécanique froide, de lui faire prendre de la vitesse quand il faut, d'avoir un regard tranchant ou cruel, toutes choses nécessaires dans un film de manipulation et de vengeance. Les critiques négatives insistent sur le côté excessivement doucereux du film. C'est peu dire. Le traitement des situations et de l'action est hors-sujet.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hello--Kitty
dans le coma profond


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 2036

MessagePosté le: Ven Sep 14, 2018 14:06    Sujet du message: Répondre en citant

Baldanders a écrit:
Mouret n'a rien d'un cinéaste de la violence et du tragique

Il fait plutôt de son sujet une comédie, c'est vrai. Si tu compares la fin du film (ce que joue Cécile de France dans la dernière séquence) avec les dernières scènes de Glenn Close dans Les Liaisons dangereuses, c'est frappant.

C'est aussi très très peu charnel. La veille j'avais découvert le Guy de Maupassant de Michel Drach (Claude Brasseur, Simone Signoret, Miou-Miou), qui est très fellinien, ça ne m'a pas aidé.

Bon, il faudrait que je dise tout le bien que je pense de Guy d'Alex Lutz maintenant...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hello--Kitty
dans le coma profond


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 2036

MessagePosté le: Ven Sep 14, 2018 16:46    Sujet du message: Répondre en citant

Hello--Kitty a écrit:
je ne pense pas que ce soit le bon acteur pour jouer un prédateur - ce qui est quand même l'idée du film.

En y repensant je trouve ça faux d'affirmer ça, puisque justement Edouard Baer joue plutôt le personnage comme un homme sincère (sincère quand il est déçu de constater que l'amour se fane, sincère quand il est éperdument amoureux de Mademoiselle de Joncquières, etc) et assez peu habile dans la manipulation (essayer d'acheter la mère et la fille).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Baldanders
dans le coma profond


Inscrit le: 23 Déc 2010
Messages: 1000

MessagePosté le: Ven Sep 14, 2018 18:35    Sujet du message: Répondre en citant

Hello--Kitty a écrit:
Hello--Kitty a écrit:
je ne pense pas que ce soit le bon acteur pour jouer un prédateur - ce qui est quand même l'idée du film.

En y repensant je trouve ça faux d'affirmer ça, puisque justement Edouard Baer joue plutôt le personnage comme un homme sincère (sincère quand il est déçu de constater que l'amour se fane, sincère quand il est éperdument amoureux de Mademoiselle de Joncquières, etc) et assez peu habile dans la manipulation (essayer d'acheter la mère et la fille).


Effectivement, le personnage de Baer est transparent, et sincèrement désolé de faire souffrir. On n'est pas chez Sade ou chez Laclos. Son seul tort est d'avoir humilié sa maîtresse sans le vouloir. La petite leçon #MeToo de "vengeance des femmes pour toutes les humiliations subies" exposée à la fin par CdF est à côté de la plaque. Sauf à l'entendre comme une raison hypocrite, qu'elle sait elle-même fausse, mais c'est là que le film pêche : CdF n'a pas l'air plus maligne ou puissante que Baer, elle aussi est sauvegardée par Mouret de tout machiavélisme sérieux. C'est en repensant au Bresson que je vois ce qui manque fondamentalement au Mouret : une folie chez le personnage de la femme qui se venge. Dans Les Dames du Bois de Boulogne, Maria Casarès se réalise dans sa vengeance, elle plonge dans sa cruauté avec un certain délice, à la limite elle se touche à l'idée de faire mal. Ce n'est pas du Sade, car elle reste émouvante, mais le film ne cherche pas à nous faire compatir pour elle, au contraire Bresson est fasciné par sa noirceur, il l'édifie lui-même avec plaisir.

Spoiler:



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
valzeur
dans le coma profond


Inscrit le: 30 Aoû 2015
Messages: 235

MessagePosté le: Ven Sep 14, 2018 21:42    Sujet du message: Répondre en citant

Toujours pas vu le Mouret, mais le rapprochement des deux photos par Baldanders est terrible ! Les films sont-ils tous condamnés à devenir gentillets, metoo et tuttiquanti ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    enculture Index du Forum -> Masturbations Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 31, 32, 33 ... 36, 37, 38  Suivante
Page 32 sur 38

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com
Protected by Anti-Spam ACP